Chercheur.es

Chercheure principale 

 

Stéphanie Gaudet, Université d'Ottawa, CIRCEM

STÉPHANIE GAUDET

Professeure
Études sociologiques et anthropologiques
Faculté des sciences sociales
Université d’Ottawa
Stephanie.Gaudet@uottawa.ca

 

 

Stéphanie Gaudet est professeure titulaire et directrice du Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) de l’Université d’Ottawa. Elle travaille sur la participation sociale et politique, notamment celle des jeunes, les parcours de vie et la méthodologie qualitative. Elle dirige un projet de recherche partenariale (CRSH) sur les expériences d’éducation à la citoyenneté en milieu communautaire et associatif (www.educationetdemocratie.ca) et un projet de recherche sur les parcours d’engagement social et politique des jeunes (CRSH). Elle vient de diriger un numéro de la revue Lien social et politiques sur la citoyenneté des enfants et des adolescents et de co-publier un livre sur la méthodologie de recherche qualitative.

 


 

Co-chercheur.es 

 

BRIEG CAPITAINE

Professeur adjoint
École d’études sociologiques et anthropologiques
Université d’Ottawa
brieg.capitaine@uottawa.ca

 

 

Brieg Capitaine est professeur à l’École d’études sociologiques et anthropologiques à l’Université d’Ottawa. Il codirige l’axe Parcours, participation et citoyenneté au Centre interdisciplinaire sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) et est membre de l’Observatoire international de « Sortie de la violence » (FMSH). Titulaire d’un doctorat en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), il a coordonné l’ouvrage Re-Storying Indian Residential Schools in Canada (University of British Columbia Press, à paraître) et a publié plusieurs articles (Revue canadienne de sociologie, Études d’histoire religieuse, Études canadiennes) sur le mouvement autochtone en Amérique du Nord, la violence et le trauma culturel. Il a codirigé Mouvements sociaux. Quand le sujet devient acteur (Éditions de la maison des sciences de l’hommes, Paris, 2016).

Terrain de recherche : Magasin monde et Marche monde. OXFAM Québec et la participation sociale des jeunes des jeunes à l’école secondaire d’Oka

 


 

CAROLINE CARON

Professeure agrégée
Département des sciences sociales
Université du Québec en Outaouais
caroline.caron@uqo.ca

 

 

 

Caroline Caron est spécialisée dans l’étude des médias des jeunes (« youth media ») et des formes d’engagement civique pratiquées par les adolescents grâce aux outils de communication numérique. Ses recherches récentes comptent parmi les travaux pionniers qui ont documenté en contexte canadien des usages civiques du vidéoblogue chez les jeunes utilisateurs de YouTube. Elle privilégie l’étude des pratiques d’engagement situées en dehors des cadres institutionnalisés régis par l’autorité des adultes. Les travaux de Caroline Caron ont paru dans plusieurs revues savantes, dont le Journal of Youth Studies, Girlhood Studies, le Canadian Journal of Communication, Lien Social et Politiques et la revue Communication. En 2016, la Fédération des sciences humaines du Canada a décerné le Prix du Canada en sciences sociales à son ouvrage Vues, mais non entendues. Les adolescentes québécoises et l’hypersexualisation.

Terrain de recherche : L’éducation citoyenne dans une perspective féministe. Le cas de la Y des femmes de Montréal

 


 

MARIÈVE FOREST

Chercheure associée au CIRCEM
Présidente de Sociopol recherche, conseils, formation
marieveforest@sociopol.ca

 

 

 

Depuis plus de 15 ans, Mariève Forest participe à différentes initiatives en recherche par le biais de ses études ou de contrats auprès d’organismes publics et communautaire ou de centres de recherche. Ces initiatives l’ont amenée à développer une fine compréhension de l’action collective et politique, de même que des politiques publiques. La gestion a de même occupé son parcours professionnel, que ce soit pour des programmes, des projets, des processus de planification et d’évaluation, des ressources humaines ou pour l’organisation d’événements scientifiques. Elle contribue au bien commun par le biais de son entreprise, Sociopol, où elle offre des services en recherche, conseil et formation dans les domaines sociaux, politiques et économiques. Ses expériences en enseignement et en animation ont également affiné son intérêt envers les processus participatifs. Elle détient un doctorat en sociologie de l’Université d’Ottawa.

Terrain de recherche : La Commission jeunesse de Gatineau, une école de participation citoyenne

 


 

NICOLE GALLANT

Professeure-chercheure agrégée
Institut national de la recherche scientifique
Nicole.Gallant@UCS.INRS.Ca

 

 

Politologue de formation (PhD Université Laval, 2002), Nicole Gallant est professeure-chercheure agrégée au Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) au Québec. Elle a été la directrice de l’Observatoire Jeunes et société de 2010 à 2017. Ses travaux portent, d’une part, sur les jeunes et, d’autre part, sur les minorités ethnoculturelles au Canada (immigration, francophonie minoritaire, questions autochtones). Ses travaux sont parus dans divers ouvrages et revues scientifiques, dont Politique et sociétés, Lien social et politiques et Canadian Ethnic Studies.

 


 

CHANTALE MAILHOT

Professeure agrégée
HEC Montréal
chantale.mailhot@hec.ca

 

 

 

 

Chantale Mailhot est professeure agrégée en gestion à HEC Montréal. Elle s’intéresse à l’innovation sociale et plus particulièrement aux interactions entre le milieu académique et les milieux socio-économiques (les entreprises, les organismes publics, les groupes aux visées sociales, etc.). Les projets dans lesquels Chantale Mailhot est ou a été impliquée portent entre autres sur les nouveaux rôles de l’université dans l’économie du savoir, l’utilisation des savoirs académiques en gestion, les pratiques de gestion et de coordination dans les organisations à vocation sociale et les pratiques de transformation. Du point de vue professionnel, elle se spécialise dans la formation en habiletés de direction, la prise de décision et la gestion d’enjeux controversés.

Terrain de recherche : Pratique d’éducation à la citoyenneté démocratique : médiation artistique et intellectuelle

 


 

Chercheur.es collaborateur.trices

 

NATHALIE BÉLANGER

Professeure titulaire
Faculté d’éducation
Université d’Ottawa
nbelange@uOttawa.ca

 

 

 


 

PAUL CARR

Professeur
Département des sciences de l’éducation
Université du Québec en Outaouais
paulr.carr@uqo.ca

 


 

MICHEL SASSEVILLE

Professeur titulaire
Faculté de philosophie
Université Laval
michel.sasseville@fp.ulaval.ca

 

 


 

Gina Thésée

GINA THÉSÉE

Professeure titulaire
Département de didactique
Faculté des sciences de l’éducation
Université du Québec à Montréal
thesee.gina@uqam.ca

 

 


 

Auxilliaires de recherche

 

STÉPHANIE BOYER

M.A. sociologie
Université d’Ottawa
sboyer@uottawa.ca

 

 

Thèse : L’articulation des notions d’enfance, d’éducation et de citoyenneté démocratique dans le contexte de l’enseignement primaire au Québec

Terrain et rôle joué : Coordination du Symposium Éducation et démocratie, 2016 ; Observation participante, École d’été de l’INM, été 2017

 


 

ÉMILIE DRAPEAU

Étudiante au doctorat en sociologie
École d’études sociologiques et anthropologiques
Université d’Ottawa
edrapeau@uottawa.ca

 

 

Thèse : Mes recherches se situent à l’articulation de la sociologie de la jeunesse et de la sociologie des religions. Ayant travaillé sur l’expérience religieuse et les croyances des jeunes et sur les défis posés par l’identification de soi en tant que croyant en contexte sécularisé, mes intérêts de recherche se portent sur la perception de la place de la religion dans l’espace public du point de vue de jeunes qui estiment être dans une démarche religieuse, de même que sur la question des représentations sociales de la religion. Dans le cadre de ma thèse, je développe présentement un questionnement les expériences et les engagements de jeunes croyants et pratiquants.

Terrain et rôle joué : Coordonnatrice du Projet partenarial sur les expériences d’éducation citoyenne ; Observations participantes terrain de l’Institution du Nouveau Monde, été 2017

 


 

ESTHER FRIGON
Maîtrise en sociologie à l’Université d’Ottawa, Université du Québec en Outaouais
efrig059@uottawa.ca

Thèse : Dépeints comme étant apolitiques et apathiques, les jeunes semblent toutefois s’engager de manière bien différente que les générations précédentes. Cette thèse a donc pour objectif de documenter les différentes formes d’engagements actuelles déployées par les jeunes Québécois en créant des trajectoires participatives types. Il sera question, plus précisément, de relever les processus d’engagement social ainsi que de cerner le rôle des organisations sur les trajectoires participatives. Un des objectifs de cette thèse est de mieux appréhender le rôle des organisations sur l’engagement social des jeunes. À ce titre, une organisation dédiée à l’éducation à la citoyenneté, soit l’Institut du Nouveau Monde (INM) et plus précisément son École d’Été, a été retenue pour comprendre son influence sur la trajectoire participative des jeunes au Québec. Cette organisation a été sélectionnée puisqu’elle arrive à conscientiser pour une période de trois jours un nombre important de jeunes âgé de 15 à 35 ans à une culture démocratique. Elle offre des espaces pour développer des connaissances citoyennes par le biais de conférences et d’ateliers et prévoit des moments pour mettre en application ces nouveaux savoirs en développant, notamment des projets à visé social.

Terrain et rôle joué : Observations participantes terrain de la Commission Jeunesse Gatineau ; observations participantes terrain de l’Institution du Nouveau Monde, été 2017

 


 

JOSE FUCA

Étudiant à la maîtrise en Management
HEC Montréal
fuca.jose@gmail.com

 

 

 

Thèse : Gestions en contexte d’innovations sociales : dans une perspective théorique critique en management, je travaille sur un processus de « gestion réflexive ». J’essaie de documenter et comprendre la pratique d’une gestion socialement et écologiquement juste. Présentement, je réalise une recherche-action participative (terrain ethnographique) au sein d’un CA d’une organisation à Montréal-Nord.

Terrain et rôle joué : Observations participantes terrain de l’Institution du Nouveau Monde, Été 2017

 


 

Formé en littérature comparée et en philosophie à l'Université de Montréal, Maxime est chercheur-praticien membre du Comité de recherche en médiation intellectuelle au sein de l'organisation d'innovation sociale Exeko. À ce tire, il mène des recherches et projets sur les nouvelles pratiques philosophiques, la littératie critique, la marginalisation intellectuelle et la mobilisation de connaissances en contexte d'exclusion sociale. Il siège également sur le Groupe de recherche en médiation culturelle (UQAM) et est l'auteur de plusieurs articles portant sur la pratique de la médiation intellectuelle. De plus, Maxime est éditeur pour Possibles Éditions, une maison interrogeant activement la place du livre comment vecteur contemporain d'accès à la parole citoyenne.

MAXIME GOULET-LANGLOIS

Chargé de recherche et de transfert de connaissances
Exeko
maxime.gouletlanglois@exeko.org

 

 

Terrain et rôle joué : Observations ethnographiques sur un terrain du programme idAction. Dans le cadre de ses fonctions, Maxime coordonne et dirige la recherche sur la pratique de la médiation intellectuelle chez Exeko. Il mène de front différents chantiers : évaluation d’impacts, conception d’outils pédagogiques, codification de techniques, partenariats avec des projets de recherche dans différentes universités, animation de la communauté de praticiennes et praticiens à l’interne de l’organisation, etc. De plus, Maxime prononce des conférences dans différents événements académiques et donne des formations professionnelles sur les approches et projets développées par Exeko. Il se passionne tout particulièrement pour le potentiel transformateur de la grande variété des pratiques philosophiques d’accès à l’esprit critique que l’on retrouve dans les projets éducatifs non-formels.

 


 

Sophie Théwissen-LeBlanc

SOPHIE THÉWISSEN-LEBLANC

Étudiante à la maîtrise en Études des femmes
Institut d’études féministes et de genre
Faculté des sciences sociales
Université d’Ottawa
sthew091@uottawa.ca

 

Thèse : L’expérience d’éducation citoyenne des jeunes participantes et des intervenantes du groupe Force des Filles, Force du Monde (Strong Girls, Strong World) dans le cadre d’un projet féministe de réalisation d’un film documentaire.

Terrain et rôle joué : Y des femmes de Montréal (YWCA), projet Force des Filles, Force du Monde. Observations participantes terrain de l’Institution du Nouveau Monde, été 2017

 


Groupe de lecture dirigée

 

ROSEMARIE CÔTÉ-PITRE
rcote016@uottawa.ca

 

 

 

 

 

GABRIELLE JODOIN

gjodo055@uottawa.ca

 

 

 

 

YANNICK MASSE

ymass076@uottawa.ca

 

 

 

 

ZIAD NSARELLAH

znsar098@uottawa.ca